lundi 4 septembre 2017

Thème 1 (Chapitre 1) : Voir le monde

Chapitre 1 : Un organe récepteur de lumière : l'œil

Rappel : Communication nerveuse (classe de 4è)




1- La structure de l’œil : un système optique de formation d’image

L’œil est un système optique naturel constitué de deux chambres : l’antérieure remplie de l’humeur aqueuse et la postérieure remplie par le corps vitrée, et séparées par l’iris et le cristallin.

La lumière pénètre les milieux transparents de l’œil. Elle rentre par la cornée, sorte de lentille qui concentre la lumière. Elle traverse la chambre antérieure puis l’iris qui agit comme un diaphragme selon l’intensité lumineuse. Les rais lumineux traversent ensuite une seconde lentille, le cristallin, qui permet l'accommodation, c'est à dire la mise au point de l’image sur la rétine, le tissu récepteur situé au fond de la chambre postérieure de l’oeil.





La rétine est protégée de l’extérieur par deux enveloppes emboîtées : un tissu pigmenté, la choroïde, et un tissu résistant et blanc, la sclérotique ou sclère. La rétine est en continuité avec le nerf optique.


2- La rétine, un tissu nerveux photosensible et hétérogène

La rétine correspond à l’enveloppe interne de l’œil. Elle est constituée de 3 couches de cellules nerveuses (neurones). La dernière couche, au contact du choroïde, est composée de 2 types de cellules photosensibles : les cônes et les bâtonnets. Ces cellules sont des photorécepteurs capables de capter les stimuli de lumière.

Il existe trois types de cônes. Ce sont des photorécepteurs peu sensibles mais spécifiques à une longueur d’onde donnée : le bleu, le vert et le rouge. Il permettent la vision en couleur (RVB). Ils se concentrent sur (et autour) de la fovéa.





Les bâtonnets sont des cellules photoréceptrices plus présentes, sauf dans la fovéa, et plus sensibles à la lumière. Elles permettent une vision avec une faible intensité lumineuse mais en "noir et blanc".

Le point aveugle (ou disque du nerf optique) est une zone rétinienne sans cellules photosensibles. Il correspond à la zone de convergence des fibres nerveuses provenant de la rétine et formant le nerf optique.


 
3/ Pigments rétiniens et évolution des primates


Les cônes sont des cellules qui possèdent des protéines photosensibles (pigments) nommées : opsines.
L'opsine S (sensible à la lumière bleue (440nm)) est une protéine (séquence d'acides aminés) codé par un gène (séquence ATGC) du chromosome 7.


Elle est présente dans les photorécepteurs rétiniens chez les primates : c'est un caractère commun du groupe des primates.

L'étude comparée des pigments rétiniens (ou des gènes les codant) permet de construire un arbre de parenté entre les primates et de placer l'Homme dans la famille des primates.

L'Homme et les primates ont donc un ancêtre commun.