mardi 15 mai 2018

Thème 3 (Chap.1) : Masculin / Féminin


Chapitre 1 : Sexe et sexualité
1/ Devenir un homme , devenir une femme
La mise en place des structures et de la fonctionnalité des appareils sexuels se réalise sur une longue période qui va de la fécondation à la puberté, en passant par le développement embryonnaire et fœtal.
Rappels de Quatrième
a - le déterminisme génétique du sexe
Lors de la fécondation, le noyau d’un ovule porteur d’un chromosome sexuel X fusionne avec le noyau d’un spermatozoïde portant un chromosome sexuel X ou Y. La combinaison de la 23è paire de chromosomes, appelés chromosomes sexuels, détermine le sexe : XX pour une femme, XY pour un homme. On parle de sexe génétique.
Une anomalie chromosomique de la 23è paire implique des anomalies phénotypiques au niveau de l’appareil reproducteur (docs 1 et 2 p.178)

b - le développement embryonnaire du sexe

Au tout début du développement de l’embryon (avant 10 semaines), les gonades et les voies génitales (appareil reproducteur) sont indifférenciées.
Après 10 semaines, la différentiation des gonades en ovaires ou en testicules s’effectue (doc 3 p.179).
La différenciation des gonades indifférenciées en testicules se réalisent sous l’influence du chromosome Y.
Les testicules produisent alors des hormones (testostérone et AMH : hormone anti-müllérienne) qui contrôlent la différentiation des voies génitales indifférentiées en voies génitales mâles : masculinisation (docs 1 et 2 p.180 et 181).
Les ovaires ne produisent pas ces hormones, donc les voies génitales se féminisent.
Masculinisation et féminisation des voies génitales
Des le 3ème mois (stade fœtal), l’appareil sexuel du bébé est entièrement différentié (caractères sexuels primaires) mais il est non fonctionnel.
c - le fonctionnement des appareils sexuels : la puberté (rappel de Quatrième)
A la puberté, l’appareil sexuel devient fonctionnel avec l'augmentation de la testostérone (doc 2 p.181) : les garçons produisent des spermatozoïdes (premières éjaculations).
Le fonctionnement cyclique des ovaires (maturation de follicules, libération d’ovocytes (ovule) : cycle ovarien) et de l’utérus (développement et destruction (règles) cyclique de la muqueuse utérine : cycle utérin) se met en place sous le contrôle de deux hormones : les oestrogènes et la progestérone.


Sous l’influence des hormones sexuelles (testostérone chez l’homme, œstrogènes chez la femme) les caractères sexuels secondaires apparaissent.
La production d’hormones sexuelles est elle-même sous contrôle d’hormones cérébrales sécrétées par le complexe hypothalamo-hypophysaire du cerveau.
Controles hormonaux sexuels

d - Identité sexuelle et orientation sexuelle
L’identité sexuelle est le fait de se sentir totalement homme ou femme (doc 3 p.177).
Elle relève de la biologie (organes, anatomie, hormones...), de l’éducation (rôle des individus, stéréotype), et de l’environnement (société,...).
L’orientation sexuelle est un aspect plus personnel et intime de la sexualité (hétéro-, homo- ou bisexualité).
Ces deux notions sont parfois mal comprises ou confondues.

2/ Vivre sa sexualité


a- les contrôles du comportements sexuels

Le comportement sexuel chez les Mammifères est contrôlé, entre autres, par (1) les hormones et (2) le système de récompense.

(1) La concentration des hormones sexuelles, induite par la libération cyclique (mensuelle ou annuelle) d’hormones cérébrales du complexe hypothalamo-hypophysaire (LH et FSH), contrôle l’activité sexuelle des mâles et les chaleurs (ou œstrus) des femelles de mammifères (docs 1 et 2 p.188,189). 



(2) Le système de récompense est un ensemble d’aires cérébrales connectées entre elles. La libération d’un neurotransmetteur, la dopamine, est à l’origine de la création  d’une sensation de plaisir. On distingue trois composantes dans ce système cérébral : i- l’affective, permettant la création d’une sensation de plaisir , ii- la motivationnelle, c’est à dire la motivation à l’obtenir la récompense , et iii- la cognitive, c’est à dire l’apprentissage comportemental en lien à la récompense.



b- Comportement sexuel et Evolution des mammifères

Doc 2 p.136 et 7 p.137

Au cours de l’évolution des mammifères, l’influence hormonale dans le contrôle du comportement de reproduction diminue.

Parallellement, le système de récompense devient prépondérant dans la sexualité de l’Homme et plus généralement des primates hominoïdes.

Libérés des contraintes hormonales, les activités sexuelles peuvent exister dans de nombreuses situations (affective, culturelle, intime, sociale....), non liées à la reproduction de l’espèce.



c- Le comportement sexuel humain

Doc 5  et 6 p 139

Dans ce contexte évolutif, les facteurs affectifs (émotions, sentiments,...) et cognitifs (apprentissage, expérience,...) et surtout le contexte culturel, ont une influence majeure sur le comportement sexuel humain (érotisme, massage, maximalisation du plaisir).